Le Bar de Gandi

Accueil > General > Le "Comment" après le "Pourquoi", Part I

Le "Comment" après le "Pourquoi", Part I


Un an de discussions/négociations, des dizaines de presentations faites à tout un tas de personnes qui disposaient de moyens financiers que nous n'avions pas (croyez bien que je le regrette), des rebondissements à vous causer trois crises cardiaques par jour, bref une aventure sympathique qui continue !.

Petit retour en arrière...

Nous sommes fin 2004, et je reçois un coup de téléphone de Laurent Chemla. Il m'annonce que les actionnaires, constatant leur différences et donc leur incapacité à faire évoluer Gandi, ont prit la décision de vendre. Bien entendu, sa demande concerne Lycos, qui depuis 4 années ne cesse de bouger sur ce marché (hébergement et noms de domaines) en Europe, multipliant les rachats et sorties de produits (nous terminerons d'ailleurs 2004 avec la seconde plus forte croissance mondiale dans notre secteur ...).

A l'époque, nous sortons de X plans sociaux et changement de stratégie (bulle, tout ça...), et toute l'équipe est fatiguée. Pire, j'ai appris peu auparavant que le dernier plan social en date allait concerner le site Français (donc nous aussi), et je sais déjà que mes efforts désespérés pour inverser la décision ne serviront sans doute à rien. Expérience oblige.

Dans une espèce de folie passagère, je m'entends lui répondre "hum, Lycos ne sera sans doute pas interessé, mais moi oui.". Ok. Cool. Tout va bien. Juste un petit souci : Même si j'ai déjà créé une entreprise, elle n'avait pas nécessité de levée de fonds et n'employait que deux personnes. Autre petit détail : je suis loin d'être à plaindre et j'ai beau regarder dans mes poches, mais je n'ai pas ~15 Millions d'euros sur moi. Pas de panique, ca va bien se passer ^^.

Bien sûr, je fais valider par mes patrons (CEO et CTO) que Lycos n'est vraiment pas sur le coup (malgré ma recommandation d'acheter), et ce à plusieures reprises.

Puis, vient le moment où il va falloir assumer mon coup de sang (dont je suis coutumier, même si avec l'âge la sagesse prévaut). Ce n'est pas tant un souci de projet en lui-même (ca fait des années que je pense à Gandi, et je connais assez bien ce marché encore jeune), mais plutôt avec qui et comment ?.

A ce stade, il faut préciser que je ne fais pas partie de la caste des entrepreneurs magiques et paillettes nés des "années folles". Il y a en effet une barrière entre les cadres, même dirigeants, qui comme tout entrepreneur créent des emplois, définissent des objectifs et des stratégies pour les atteindre, mais ne percoivent qu'un salaire, et ceux qui ont réussi, par chance et/ou par volonté et talent (souvent un peu des trois), à accèder à ce status quasi mythique dans nos jeunes sociétés.

Cette précision est importante, à la veille de partir en recherche de financements pour une société internet, période post éclatement de la bulle ... ;-).

La première personne à qui je pense, c'est pourtant l'un des fondateurs de Multimania, et mon ancien patron, Olivier Heckmann. Nous sommes devenus amis, chose déjà rare, mais il fait également partie des personnes qui m'ont impressionné dans ma vie professionnelle. Avoir autant de maturité et de clairvoyance à son âge (donc le mien, 34 ans), et en plus rester un type humainement BIEN, ben c'est carrément rarissime. Manque de chance, lui et son compère de toujours (Michel Meyer), se relancent sur un projet vraiment enthousiasmant et sont eux aussi en pleine levée de fonds ...

Dans ces cas là, on regarde autour de soi les personnes qui réussissent le double tour de force d'être financièrement "blindés", et en qui on a réellement totale confiance. J'insiste sur ce point, et reviendrai dessus plus tard, il est capital.

J'ai la chance d'en connaître un, mais décidément la malchance me poursuit, il est également en pleine levée de fonds pour ses propres affaires (un entrepreneur ca bouge tout le temps) et ne peut m'aider (tout comme Olivier) qu'avec ses conseils et son soutien moral. C'est déjà énorme, et je le vérifierai tous les jours dans les 12 mois qui vont suivre ...

[A suivre ...]