Le Bar de Gandi

Accueil > General > Libres et perdus

Libres et perdus



Sans vouloir casser l'ambiance, je préfère désamorcer tout de suite toute tentative de procès d'intention orchestré par les nombreux vautours qui rodent des "personnes bien intentionnées" : non, je n'ai aucune légitimité sur le sujet, en dehors de celle de citoyen, et dirigeant d'une société (fortement sollicitée) qui a vocation à aider, à soutenir cette communauté.

Reprenons : La FFSF, via EUCD.info, alerte les internautes français grâce à une pétition visant à stopper un vote trop rapide d'une loi confuse (un historique est consultable sur cette page).

Objectif atteint (merci donc à Frédéric et les siens), un début de consultation semble s'être amorcé - à moins que les politiques, comme cela a dû arriver une ou deux fois dans le passé, ne tiennent les engagements rapidement consentis face à la levée de boucliers.

Je n'ai pas l'intention de revenir sur le texte de la loi, des avocats et des experts sont là pour cela, mais une chose m'a frappé lorsque nous avons été partie prenante de ce processus (Gandi a fait partie des premiers signataires) : l'absence de structure représentative forte, et donc (re)connue de tous, de cette communauté du libre.

Ou, en tout cas, pas suffisamment pour que le Ministre et son équipe jugent bon de les consulter en amont (sinon la pétition n'aurait pas eu lieu d'être), et même en aval, si j'en juge par le choix des personnes invitées de manière opportuniste à partager un gueuleton à nos frais. Merci d'ailleurs à Vincent et Bertrand pour leurs comptes rendus, ils m'ont rassuré sur leur capacité à n'être ni dupes, ni naïfs.

Cette absence remarquée des personnes à l'origine de la pétition dans ces moments clefs, s'est d'ailleurs confirmée à d'autres reprises, puisque Frédéric a dû brieffer ceux qui l'étaient, eux, invités ...

Bien sûr, cette loi ne concerne pas uniquement l'Informatique ou Internet, mais j'ai la forte impression que le débat trouve son paroxisme dès que ces mots sont prononcés. Un peu comme une malédiction qui toucherait les artistes, les politiques, et bien sûr les majors (qui n'ont toujours pas l'intention de changer leurs bonnes habitudes du billet de cinéma à 10€, du CD à 20€ et du DVD à 25€ ... ). Mais je digresse.

Pour revenir à l'objet de ce billet, il me semble urgent et (très) important que les différentes querelles de chapelles du libre cessent, et qu'une structure indépendante et fédératrice naisse, portée par des moyens et des personnes passionnées, reconnues, compétentes et dégageant un conscensus.

J'exprime ici notre soutien le plus total à ce processus, et espère qu'il ira à son terme. Ce ne sera ni facile, ni totalement satisfaisant pour tout le monde, j'en suis bien conscient, mais j'ai la faiblesse de penser que cela vaut mieux que de laisser perdurer la situation actuelle.