Le Bar de Gandi

Accueil > Le restaurant de Gandi > La Mona de Tata Zineb (et de ma mémé Suzy)

La Mona de Tata Zineb (et de ma mémé Suzy)

1kg de farine
1 ou 2 carrés de levure de boulanger (pour 1 kg de farine, plutôt 2)
1 oeuf
1 verre de sucre
1 verre d'huile
2 sachets de sucre vanille
2 sachets de levure chimique
1 cuilliere à soupe de fleur d'oranger
1 zest + jus d'une orange

Melanger le tout et ajouter du lait tiède jusqu'à faire une boule pas collante (bon courage pour le petrissage, deuis j'ai de ces biscottaux).

Diviser la pate en 4 boules, les déposer sur la plaque du four sur lequel on aura mis de l'alu beurré ou huilé. Ensuite laisser reposer jusqu'à ce que ca monte bien (environ 1h-1h30). Enfin passer un pinceau de jaune d'oeuf (j'ai mélangé avec du lait) et casser grossièrement du sucre sur le dessus (et sur ses voisins :-)

Thermostat : 8/9 Temps de cuisson : à l'oeil --> j'ai laissé cuire 30 minutes à 200-210 c°, bien surveiller en fin de cuisson (5-10 dernières minutes) car le dessus peut noircir très vite.

A déguster avec du café, du thé ou un chocolat chaud à tout heure de la journée.

Pour la petite histoire : Au XVI siècle, les rois d'Espagne enfermaient leurs courtisans indésirables dans les forteresses qu'ils possédaient sur les côtes d' Afrique du Nord. La forteresse d'Oran était sur l'avancée de la rade de Mehrs-El- Khébir. De nombreux singes (monos) habitaient ce rocher qui fût appelé Fort Lamoune, une fois par an, lorsque les prisonniers étaient autorisés à recevoir leur famille, pour Pâques, elles leur faisaient passer à travers les barreaux, des brioches parfumées , et depuis ce gâteau se nomme La Mona. Des familles exilées d'Espagne s'étaient installées à Oran dans le quartier de La Blanca. La mona est originaire d'Andalousie, et semble-t-il qu'elle soit le melange de plusieurs cultures, juifs nord africains, espagnoles andalous et maghrébins.