Le Bar de Gandi

Accueil > Gandi > La geste de Gandi

La geste de Gandi

La première fois que j'ai mis les pieds chez Gandi, j'ai eu l'impression de me retrouver sur la passerelle d'un vaisseau de Star Trek.

Des tas de gens allaient et venaient. Faut dire qu'on entre chez eux par le Gandi Bar, le vrai : une salle avec un bar, une grande table avec des tas de sièges, fauteuils, poufs surdimensionnés... tout ce qu'il faut pour se restaurer, même une machine à bière café et une hyper TV.

Je croisais souvent une espèce de Wookie géant : Arti. Mais, Djésousse-Marie-Djosef, qu'ils étaient nombreux à passer et repasser par le Gandi Bar ! Je jetais un oeil dans leurs bureaux. Finalement non, ce n'était pas Star Trek, on aurait plutôt dit des moines-copistes. Tous, concentrés, devant leurs écrans d'ordos.

Oui, c'est ça, une espèce de congrégation absorbée par son boulot, certes, mais aussi par la ripaille. Le genre de personnes qui auraient pu inventer la chartreuse.

Au fil du temps, je me familiarisais avec les habitudes de certaines personnes. Floyd, par exemple, le dernier à quitter les bureaux le soir, avec un sac à dos et une lampe acétylène sur le crâne (apparemment, il rentre chez lui par les catacombes). Kemar et sa choucroute qu'il déguste religieusement au moins une fois par semaine tout en essayant d'apprivoiser la donzelle (super dur à faire soit dit en passant). Le menhir de Lampol Plougastel, grand amateur de billard américain, qui conte à qui veut l'entendre que les soirs de pleine lune, il n'est pas bon de croiser les porteurs de menhirs...

Ça me donnait l'envie de coucher tous leurs tics sur papier. Papier bédé, bien sûr ! Je proposais mes premiers essais à Stephan (le boss) en lui disant qu'ainsi, la part de délire de l'équipe serait apparente sur leur blog. La réponse fut à peu près : "Oui, mmmh, gnagnagna, il manque une approche pour expliquer ce que nous essayons de faire, gnagnagna". Je précise alors que j'avais en tête une histoire style moyen-âge, une légende de Gandi (forcément, avec les moines-copistes…).

Alors là, ça lui a plu à Stephan, et je découvre qu'il est un grand amateur de ce genre d'univers, surtout Prince Vaillant ! Mon Dieu, Prince Vaillant...

Couly

la geste 01

La suite de La geste de Gandi...