Le Bar de Gandi

Accueil > Internet > Applications aux nouvelles extensions : Courage l'ICANN

Applications aux nouvelles extensions : Courage l'ICANN

Comme le savent nos lecteurs assidus, l'ICANN nous prépare un grand quelque chose de nouveau depuis un moment. Mercredi dernier (le 13 juin), cette fameuse institution a (enfin) lâché la liste des nouveaux gTLDs en demande, ainsi que celle des demandeurs (en anglais).

C'est véritablement une liste de participants et de lots, puisque sur les 1930 demandes, "seules" 1000 deviendront effectives l'année prochaine (d'après ce que disait l'ICANN en 2011), mais surtout : la plupart des extensions les plus intéressantes ont plusieurs demandeurs. Ceux qui seront choisis auront alors la gestion de tous les noms de domaine enregistrés sous l'extension qu'ils auront "gagnés", faisant d'eux des Registres. Et dans certains cas, si ceux-ci choisissent d'ouvrir leur extension chèrement gagnée au public, seront susceptibles de faire appel à des registrars, comme Gandi, pour proposer leur extension à nos clients.

Dans les gros qui se distinguent, l'on pourra noter Apple Computer (le seul à avoir déposé.APPLE d'ailleurs) qui s'est certainement dit que tout contrôler était une bonne idée. Plusieurs des extensions déposées par la firme à la pomme sont en conflit avec Amazon , qui s'est également lâché avec pas moins de 76 demandes dont de très légitimes (comme le .AMAZON bien sûr), des légitimes (le .KINDLE en rapport avec leur marque), des tendances (le .CLOUD, tiens !) ou certaines un peu limite (le .JOY ? Étonnant de la part d'Amazon...).
N'oublions pas le puissant Google et ses 101 applications (sous l'entité Charleston Road Registry Inc.), un habitué de la protection de marque (.GOO, .GOOG et .GOOGLE, on sait jamais ;)) qui représente ses principaux produits (.ANDROID, .GMAIL, .YOUTUBE etc...) mais qui n'hésite pas non plus à ratisser plus large (.BLOG, .GAME ou encore .INC, .GMBH et .SRL ?).

Entre les 3, il se prépare quelques conflits d'extensions passionnants (.APP, .BOOK, .MUSIC etc..) ou étonnants (.DEV ? .WOW ?) relativement hors scope, à première vue.

Toutes entités confondues, sur les 1 930 demandes d'extensions, seules 115 ont été demandées par plus d'un mandant. Ce qui est étonnamment peu (10%) à la vue du marché et des intérêts communs.
Le record étant le .APP avec 13 demandeurs différents. il semblerait que le marché du smartphone fasse des envieux :)

Quand on connait la puissance financière de certains et les enjeux possibles de demain, ça nous promet des enchères assez faramineuses...

Les grands absents de cette "faites de l'extension" ? Les principaux acteurs des réseaux sociaux, qui ont pourtant le vent en poupe, n'ont pas daigné déposer respectivement le .FACEBOOK ou le .TWITTER - Que faut-il en déduire ? Clairvoyance ou manque d'inspiration ? J'attends vos réactions !

Enfin, pour la partie Bêtisier de l'ICANN, il est toujours amusant de se moquer du malheur des autres, alors à 185 000$ la bévue, je vous laisse juger de ceci :

  • La faute de frappe la plus chère du monde, revient certainement au pauvre employé de chez Kerry Trading Company qui, en souhaitant enregistrer pour son employeur l'extension .KerryLogistics s'est tordu le doigt sur le formulaire final et se retrouve avec un superbe ".KerryLogisitics"... Ça fait cher la voyelle en trop !
  • Dans le rôle du doublon inutile, notons le généreux don de VistaPrint qui a déposé deux fois .WEBS ! On sait jamais... Mais, il n'a pas été aussi prudent que Merck qui a choisi, lui, de déposer trois fois son extension .MERCK ! L'on dit bien, une fois, deux fois, trois fois : adjugé ! (notez que l'ICANN dans son infinie bonté est susceptible de rembourser ces doublons ;))
  • Et sachez qu'il n'y a pas que les débutants qui font des erreurs. Verisign, le plus gros Registre mondial (détenteur du .COM, entre autres), a souhaité agrandir un peu son offre en déposant l'équivalent du .COM, mais en Hébreu, pour le marché Israélien... mais s'est raté sur la traduction :x
  • Enfin, si une palme devait être remise, je la décernerais sans aucun doute aux dépositaires du .DOTAFRICA ! Pour les anglophobes, DOT signifie POINT, en référence au . devant l'extension :) imaginez un .POINTMEDITERRANNEE et vous aurez l'équivalent de la blague en français ;)

Ceci est bien évidemment un aperçu de cette vaste foire d'empoigne qu'est cette première vague d'application aux nouvelles extensions. L'on pourrait en parler pendant des heures et continuer à se poiler ou grincer des dents. Aussi, si vous avez suivi cette actualité de près et que vous souhaitez remonter des faits le méritant, je vous en prie, faites-nous rire (ou grincer des dents) !